Posts Tagged ‘intervalle’

Dziga Vertov, Articles, journaux, projets

Jeudi, septembre 17th, 2009
  1. P27: La lenteur ou la rapidité de la manivelle est normalement considérée comme une erreur.
  2. P28: La caméra (ciné-œil), direction opposée de la copie. (??)
  3. P30: Par le montage, je crée un homme nouveau, un homme parfait. Je prends le bras fort de l’un, la tête de l’autre, etc.
    Le ciné-œil est libéré de l’immobilité humaine, il fixe le mouvement à partir du mouvement.
  4. P34: Les événements visuels sont déchiffrés par la caméra (morceaux d’énergie authentique) et réunis dans les intervalles en une somme accumulatrice.
    1. Le Ciné-oeil conteste la représentation visuelle du monde donné par un œil.
    2. Le kinok-monteur organise les minutes de la structure de la vie pour la première fois de cette manière.
  5. P49: Dans l’article sur l’importance des Actualités. Remplacer les joutes oratoires par les joutes cinématographiques.
  6. P50: “Ciné-journal” doit devenir un panorama du monde toutes les quelques heures (art kinopravda)
  7. p51: “Film ciné-œil”, la caméra convint l’ouvrier que c’est lui qui produit (??).
  8. p52: Mettre en lumière le lien entre les phénomènes sociaux par l’intermédiaire de la caméra.
    Le scénario en tant que produit de cuisine disparaîtra. Film le “ciné-œil”, liste d’acteurs et d’ateliers (??).
  9. P56: La caméra expérimente l’espace et le temps. Le champ visuel c’est la vie.
  10. P59: Le scénario doit disparaître. Du matériau à la ciné-œuvre. Naissance du “ciné-œil”, lien à des romans tels que La Main de fer, ou (??) au Mexique.
  11. P60: La caméra n’est ni un microscope, ni un télescope. Naissance du “ciné-œil”.
  12. P61: Définition du mot “Ciné-œil”, montrer la vérité.
  13. p63: doute sur la nécessité du trait d’union littéraire entre morceaux (??).
  14. p70: Pas art, étude des phénomènes vivants.
  15. p71: Vérification de la réalité par la caméra.
  16. P76: Cinéma de “poupées”, représentation des faits. Caractère scientifique des kinoks.
  17. P80: “Ciné-œil” et vie quotidienne.
  18. P83: Le domaine du film non joué.
  19. P84: Une “ciné-fabrique” des faits
  20. P102: Les kinoks et le montage.
    Le montage est ininterrompu depuis la première observation jusqu’au film définitif.
  21. P113: Film 11eme année (??): langage des faits fixés sur la pellicule.
  22. P118: L’Homme à la caméra. La somme des faits fixés.
  23. P119: Caméra-œil moins parfait, opposé à l’œil humain (??).
  24. P125: “Ciné-oeil” = ciné enregistrement des faits.
  25. P126: Le “Ciné-œil”, c’est le ciné-déchiffrage du monde visible aussi bien qu’invisible par l’œil nu de l’Homme. -> ordre temporel et vitesse des faits inaccessible à l’œil humain (!!).
  26. P128: Écrire le film avec des images tournées et non faire des scènes. Le film est en montage continu y compris avant le tournage.
  27. P131: “Ciné-œil”, bâti sur l’intervalle et le mouvement entre les images.
  28. P132: Lire sur les intervalles (!!).
  29. P136: “La vie à l’improviste”, première exploration de la caméra dans la vie réelle.
  30. P137: Matériel de récupération pour L’Homme à la caméra (??).
  31. P142: Formule (??) d’un film.
  32. P154: Enthousiasme, premier documentaire sonore.
  33. P179: Accélérer la manivelle pour percevoir les sentiments du personnage.
  34. P185: Laboratoire de création.
  35. P186: Les conditions pour un tournage.
  36. P196: “Ciné-écriture”, l’art d’écrire avec une caméra
  37. P209-210: Pas d’analyse sans synthèse. Positionnement vis à vis du scénario. Mon travail, révéler les pensées de l’Homme vivant.
  38. P215: Conditions, combat des kinoks, lien au tournage.
  39. P221 (??): Tourner sans se faire voir
  40. P223 (??): Lettre de Charlie Chaplin au sujet du film Enthousiasme, «Vertov est un musicien».
  41. P229: Organiser les bouts (??) pour montrer la vérité. Ecrivain Dos Passos
  42. P239: Sur Maiakovski
  43. P247: Ne pas séparer la forme du contenu -> Notion d’unité (!!)
  44. P250: Lénine, un écrivain populaire
  45. P277-278: Les conditions pour créer un laboratoire.
  46. P313: Ne pas opposer l’éducatif au poétique, ou le divertissant au didactique.
    (??) Garantir les conditions du succès. 1. le ton T à la place de la partie (…) 3. des êtres vivants, pas de mannequins (??)
  47. P338: Son film est le plus standard des escabeaux (!!) voir quel est le film dont il parle.
  48. P351: Il n’est pas d’évolution sans violation des règles.
  49. P362: Tous les projets avortés et les bandes pillées.
  50. P379: L’Homme à la caméra constitue un essai de ciné-relation de faits visuels sans le concours des intertitres.
  51. P380-381: Scénario de L’Homme à la caméra

____________________________________________________________________________
Dziga Vertov, 1926, Articles, journaux, projets, translation and notes by Sylviane Mossé and Andrée Robel, Paris, Union générale d’éditions, 1972

Douglas Hofstadter, Gödel, Escher, Bach : les brins d’une guirlande éternelle

Lundi, septembre 14th, 2009
  1. P30 à P49: Théorème de MU. Explication de ce théorème (logique). Remarques diverses sur le théorème de Zénon, autour du mouvement impossible.
  2. P49: Achille et la tortue, succession de distances dont chacune est supérieure à la précédente.
  3. P53: Référence à Lewis Carroll
  4. P58: Étude des systèmes formels, tels que les historiens et les philosophes les utilisent.
  5. P59: Différence entre interprétation significative et non-significative. Aucun rapport isomorphe apparent entre les théorèmes du système et la réalité (!!).
  6. P60: Les systèmes formels n’ont pas contrairement aux langages de significations actives. Ils doivent rester liés aux règles.
  7. P68: Définition du terme: Tout
  8. P80-82: Notion de fond et de figure.
    Il me semblait que la figure et le fond devaient renfermer les mêmes informations codées de façon complémentaire -> Non
    Il existe des systèmes formels dont l’espace négatif (ensemble des non-théorèmes) n’est pas l’espace positif (ensemble des théorèmes) d’un système formel.
  9. P90: Bach, musique cancrizan lue à l’envers. Lewis Carroll, acrostiche.
  10. p95: A partir d’un exemple de conversation, l’auteur explique les deux niveaux d’isomorphisme.
    Le phonographe émet des vibrations, et reçoit des vibrations. Lien entre isomorphisme et retournement.
  11. P96: Dialogue auto-référentiel, et lien au théorème de Godel
  12. P98: en 1931, les mathématiciens découvrent qu’aucun système formel n’est parfait. Tout système formel peut contenir des assertions vraies mais non démontrables. L’auteur lie cette incomplétude à Godel. Cela reflète la différence entre la vérité et la théorématique.
  13. P107: La consistance d’un système formel est plutôt lié à la compatibilité qu’à la vérité des assertions.
  14. P112: On peut imaginer un monde avec d’autres mathématiques, ou une autre logique, mais une base commune semble nécessaire pour pouvoir communiquer.
  15. P113: Selon Einstein, aucune sorte de géométrie n’est inhérente à l’espace. Pas de type de géométrique qui régit vraiment l’espace.
  16. P113 à P116: Notion de complétude et d’incomplétude.
  17. P117 et suivantes: Achille et la tortue sur la grande roue (!!): On a l’impression d’aller si loin, en réalité on ne va nulle part. L’auteur explique les bugs. Notion de meta / meta-souvent (??). Beaucoup de références à Lewis Carroll.
  18. P147: Réseaux de transition récursifs
  19. P154: Générer par des règles une suite chaotique
  20. P167: Un programmeur doit modulariser. Boucle en programmation. Danger de la boucle libre car le risque est qu’elle soit sans fin.
  21. A suivre…

______________________________________________________________________

Gödel, Escher, Bach : les brins d’une guirlande éternelle (1979) est un livre de Douglas Hofstadter qui a obtenu le Prix Pulitzer.

Georges Didi-Huberman, La Ressemblance par contact

Mercredi, septembre 9th, 2009

Introduction

  1. L’auteur revisite Walter Benjamin et l’ère de la reproductibilité technique. Lien à A. Warburg et à la notion d’anachronisme.
  2. P30: Ernst Cassirer, lien au geste et à La forme de l’agir.
  3. P32: Faire une empreinte, tissu de relations matérielles.
  4. P36: Pas de technique sans mémoire.
  5. P38: Notion de chaine opératoire.
  6. P45: Empreinte de main, connivence aisée de son index (contact) et de son icône (ressemblance).
  7. P65: La notion d’originaire / Fin dans l’histoire de l’art.
  8. P72: L’élément du contact est une garantie d’unicité.
  9. P90 et pages précédentes: formes auratiques, objets visuels à la fois apparaissant et disparaissant.
    Réversibilité de l’empreinte -> Unicité et pouvoir de dissémination, fantasme de la présence disséminée.
    Lien aux images achir0poïète, images non faites de la main de l’homme. Elles semblent à la fois exclure et nécessiter le contact.
  10. P93 et suivantes: Renaissance Vasari, idea au disegno. Il n’est plus question d’imprimer une matière par une forme sceau, mais d’exprimer une idée par une forme dessin: un disegno
    Chez Léonard de Vinci, c’est la peinture et non la sculpture qui a le statut de cosa mentale -> Lien personnel avec La Condition urbaine d’Olivier Mongin, la ville comme cosa mentale.
  11. P98: Empreinte du visage avec un moulage sur le vif. Masque mortuaire entre la vie et la mort.
  12. P100-101 et pages précédentes: Une sculpture ou buste réalisé à partir d’empreinte sans une intervention stylistique ne trouve pas sa place dans l’histoire de l’art. Il y a un rejet des théoriciens de la “contre-partie”, de la “contre histoire de l’art”.
    Par exemple, aucun intérêt d’attribuer un moule à Donatello, et il n’y a aucune forme de théorisation autour de ce métier infâme (fabrication des moules)
    -> Personnellement, on constate que les polèmiques sur le lien entre art et technique précèdent l’ère de la reproduction mécanique.
  13. P101: Paradigme de l’empreinte -> Matrice de la notion d’image
  14. p102: L’empreinte comme hypothèse technique sans crainte de produire des objets, sans craindre l’anachronisme
    -> Personnellement, revenir sur la notion d’anachronisme.
  15. P104: L’empreinte n’est pas considérée comme de l’art.
  16. P105: L’empreinte est associée à l’emprunt.
  17. P119: Forme issue d’une empreinte disqualifiée par son adhérence excessive.
  18. P121: La forme empreintée s’obtient à l’aveugle dans l’intériorité innaccessible du contact entre la matière substrat et sa copie en formation.
  19. P122: Quelle est la temporalité d’un objet produit par empreine?
  20. P123: L’empreinte est en dehors de l’histoire du style. Une main est pareille d’une époque à une autre.
  21. P128: David Danger a une approche monumentale de la sculpture, et déteste l’aspect réaliste de l’empreinte (imitation texture de la peau, etc.).
    -> Personnellement: Considération de la modélisation 3D. Existe t-il des masques mortuaires modélisés?
  22. P134-135: David Danger voit des hommes empaillés dans les masques mortuaires. Trop de plis et de texture -> Mort tégumentaire, contraire à la notion d’immortalité.
  23. P137: Tout le chapitre fait le lien avec la conversation avec LN. G. pendant l’exposition de Rodin. Prétexte allégorique, mythologique pour évoquer l’érotisme. Sculptures d’après moulages, texture de la peau.
  24. P145 et suivant: Cas de Casono (?? vérif.) qui copie les originaux et finalement les améliorer. Les copies rivales des originales. Les copies créent un répertoire de forme qui permettent un auto-engendrement.
  25. P157: Rodin, la photographie ment comme le moulage car sans mouvement.
  26. P159: Rodin utilise des séries de moulage comme autant d’éléments interchangeables, et crée une sorte de syntaxe.
  27. P167: Moulage chez Rodin: Mouvement substituant -> permettant de créer de nouvelles hypothèses organiques impensables du point de séculaire de la figure humaine.
  28. P174: Marcel Duchamp: Définition de l’inframince, il vaudrait mieux chercher à passer l’intervalle à “deux identiques” qu’accepter commodément la généralisation verbale qui fait reseembler deux jumelles à deux gouttes d’eau. (??)
  29. P176: Jean Baudrillard, “La fin des hierarchies”, -> personnellement, lien au journal du motocycliste
  30. P187 et avant: Marcel Duchamp, mort de la technique et de la fabrication. Lien aussi à l’invention de la photographie. Jean Clair, abécédaire et chronophotographie.
  31. P188-189: Lien entre l’œuvre de Marcel Duchamp et le photographique.
  32. P192: GDH prend justement cette position à revers: trop simpliste
  33. Voit dans le readymade, les mêmes enjeux que l’empreinte, il récuse la perte du métier. Rapprochement avec Donatello.
  34. P194: Hypothèse que l’empreinte est une procédure artistique.
  35. P203: Marcel Duchamp “idée de la fabrication”, Le Grand Verre, vocabulaire moulin, matrice, tamis -> Un monde de dispositifs techniques imaginés pour que des matières ou des corps soient livrés à l’action contraignante des “contres formes”.
  36. P204: Neufs moules malices emplis par du vide, “Mouleur du gaz”
    Créer du natif avec du négatif
  37. P205: Procédure La Forme par contact / inscription mouvante -> l’image par excellence de ce qui ne laisse pas capturer dans une forme.
  38. P206: “Empreinte mouvement” -> tous à la fois native et négative. L’erratum musical, motif de l’empreinte dans le temps déroulé et polyphonique d’une partition musicale. (!!)
    “Empreinte mouvement” commence avec la photographie (distance lumineuse), lien à l’imprimerie (contact, encre) (!!)
  39. P219: Marcel Duchamp, si un fil droit horizontal d’un mètre de longueur tombe d’un mètre de hauteur sur un plan horizontal en se déformant à son grè et donne une figure d’une nouvelle unité de longueur.
    Voir l’œuvre Trois stoppages-étalon. Hypothèse “abandon au hasard”
  40. Marcel Duchamp fait du cinéma à la main car impossibilité technique avec le rythme de la machine. Voir Anemic Cinema
  41. P221: Marcel Duchamp invente le concept inframince.
  42. P223: La chaîne opératoire, ici, consiste à passer d’une forme accidentelle (les feuilles déchirées et dissemblables) à une forme de l’accident productrice de sérialité et de ressemblance. Cette dernière “forme” n’a rien de métaphysique: Il faut y avoir un pur protocole technique de contre-forme ou de matrice qui retourne le sens philosophique du mot “forme” en faisant retour sur sa réalité artisanale.
  43. P230 et suivante: L’empreinte dédouble la Planche de Rorschach avec empreintes symétriques. Empreinte et symétrie par principe de charnière.
  44. P271: Le semblable tient au différent, et le différent au semblable.
  45. P274: Trois Stoppages Etalon, avec la notion d’écart. Ressemblances négatives
    -> le même comme négativité
    -> renversées réversibles irreconnaissables
  46. P280 et suivantes: Définition de l’inframince comme écart dans la vraissemblance / comme écart dans le temps /
  47. P282: Notion d’affleurement
  48. P302: Empreinte comme écart dans le temps / comme retard chez Marcel Duchamp (!!)
  49. P303: Marcel Duchamp, «pendule de profil», «Profil déchiré du temps».
    « (…) à chaque fraction de la durée (?) se reproduisent toutes les fractions futures et antérieures –
    Toutes ces fractions passées et futures coexistent donc dans un présent qui n’est déjà plus ce qu’on appelle ordinairement l’instant présent, mais une sorte de présent à étendues multiples –
    Voir Retour éternel de Nietzsche, forme neurasthénique d’une répétition en succession à l’infini.
    La Pendule de profil, avec la pendule de face permettent d’obtenir toute une perspective de durée allant du temps enregistré et découpé par les moyens astronomiques jusqu’à un état où le profil est une coupe et fait intervenir d’autres dimensions de la durée.
    Revoir»
    Marcel Duchamp, 1980, n°135. Cf. W. Drechsler, 1984, p. 187-193.
  50. P312: Liste des historiens de l’art avec un lien au vocabulaire de l’empreinte. Retour sur Aby Warburg.
  51. P314: La trace comme “devenir-espace du temps”. GDH renvoit à la notion de khôra chez Derrida.
  52. P321: Il différencie la démarche des préhistoriens à celui de l’historien. Un préhistorien ne peut pas, comme un historien plein de théories, refouler l’empreinte. Il imagine un préhistorien analyser un Donatello, un Rodin… En fonction image formée, du substrat, de la nature du pigment.
    -> point de vue ichnologique
  53. P324: Les formes sont des temps à X (??)
  54. Vocabulaire:
    Forclose: exclu, rejeté
    Ductilité: propriété de se laisser étirer, battre sans se rompre
    Axiome: Énoncé répondant aux trois critères
    - Évident
    - Non démontrable
    - Universel
    Énoncé admis (??)
    Heuristique: Hypothèse adoptée comme idée directrice indépendant de sa vérité absolue.
    Mettre en parangonne: Mettre en comparaison
    Téguments: Ensemble, tissu organique du revêtement externe: peau, poils…

_________________________________________________________________
Georges Didi-Huberman, La Ressemblance par contact, archéologie, anachronisme et modernité de l’empreinte

Les Éditions de Minuit, col. Paradoxe, Paris 2008