Georges Didi-Huberman, L’Image survivante

  1. P14: Wickelmann, vers 1764, nouvelle approche de l’histoire de l’art . Vers une méthode historique qui donne corps à un ensemble d’objets, lien à l’art antique. Par l’analyse, donner à toutes analogies sa loi de succession. L’histoire de l’art devient une analyse des temps.
  2. P16: Pas d’histoire de l’art sans un certain choix de modèle temporels et esthétiques. GDH cite Wickelman sur l’absence de l’original, grande attention pour la copie.
  3. P17.18: Schéma historien grandeur et décadence. Perte définitive du passé.
  4. P19: L’histoire de l’art doit expliquer l’essence de l’art.
  5. P20: L’histoire de l’art est conditionnée par la norme esthétique > réunir les “beaux objets”, définir “essence de l’art”.
  6. P27: Aby Warburg, Dürer et l’Antiquité italienne
  7. P30: Warburg fondateur de l’iconologie.
  8. P33: concept désuet de la survivance
  9. P34: Warburg critique l’histoire de l’art esthétisante.
  10. P39: Il est insatisfait de la territorialisation du savoir sur les images.
    L’image a des frontières exactes au delà des dates auteurs et techniques > aspects historiques, anthropologiques, psychologiques…
    Le temps de l’image n’est pas le temps de l’histoire en général.
    Vers une discipline “psychologique historique expression humaine”
    Penser l’image comme un moment énergétique ou dynamique.
    Pour l’histoire de l’art, “refonder sa propre théorire de l’évolution”
  11. P40: Contre Hegel Vasary vers une psychologie historique.
    Warburg crée un lie entre le particulier et l’universel, aspect fantomal de sa recherche.
    VERS P 40 Warburg passe muraille de l’histoire de l’art, image récurrente de la soupe d’anguilles. Lacoon.
  12. P41: La bibliothèque de Warburg est un espace rhizomatique désorienté
  13. P42: Liens transdisciplinaires, Mnémosyne.
  14. P45: Warburg refuse de poser les “problèmes fondamentaux” car il est impossible d’en extraire des lois générales.
  15. P48: Pour Warburg, l’image est un phénomène anthropologique total.
  16. P49: Bref, l’image n’état pas à dissocier de l’agir global des membres d’une société, ni du savoir propre à une époque, ni bien sûr du croire.
  17. P50: Cet autre temps a pour nom survivance. Comprendre la sédimentation.
  18. P52: Warburg ouvre le champ de l’histoire de l’art à l’anthropologie (voir démarche de Tylor)
  19. P55: Tylor: la complexité “horizontale” de ce qu’il voit tient donc avant tout à une complexité “verticale” paradigmatique du temps.
  20. P56; Survivances des formes > empreintes
  21. P57: “permanence de la culture” > un symptôme vers un particularisme
    Tylor avant Warburg s’attache aux détails “frivoles” de l’histoire pour en comprendre les survivances.
  22. P58-59: L’arc et la flèche sont devenus des jeux d’enfants.
  23. P61: La notion de survival serait accusé d’être marqué aujourd’hui du saut évolutionniste.
  24. P62: Mauss critique l’usages des survivals pour réfuter l’évolutionnisme ethnologique comme une simplification des modèles du temps.
  25. P63: Tylor, “Entre deux outils identiques, entre deux outils différents mais de forme aussi voisine qu’on voudra, il y a et il y aura toujours une discontinuité radicale, qui provient du fait que l’un n’est pas issu de l’autre, mais chacun d’eux d’un système de représentation”.
  26. P64: Les peuples primitifs ne sont pas sans histoire.
  27. P65: Les survivances, symptômes, porteurs de désorientation temporelle.
  28. P66: La question du temps dans la théorie évolutionniste >
    P67: voir Spencer > darwinisme social la civilisation se désadapte de la sélection naturelle.
    Warburg ne voit une forme survivante au détriment d’une autre, mais plutôt une survivance à sa propre mort.
  29. P68: Vocabulaire des évolutionnistes > lien au temps / évolution, notion de progrès.
  30. P69: Carlyle, une philosophie de la distance, le temps en blocs, “chaos de l’étant” (!!)
  31. P70: Warburg en rupture avec la notion de progrès et de développement historique.
  32. P74: Burckhardt > capable d’une histoire systématique où le système ne fut jamais défini, c’est-à-dire reclos, schématisé, simplifié.
  33. P80-81: La Renaissance impure?
  34. P82: Warburg, modèle du temps propre au images. (!!)
  35. P85-86: Les survivances complexifient les histoires > sorte de marge d’indétermination.
  36. P87: Goethe, “ce qu’on appelle esprit du temps n’est en réalité rien de plus que l’esprit de l’honorable historien dans lequel ce temps est réfléchi”.
    Warburg, ses survivances anachronisent le temps, contre cet esprit du temps.
  37. P88: Warburg prend le risque de l’anachronisme.
  38. P89: Warburg travaille sur le portrait de famille.
  39. P96: Cite le travail de Panofski
  40. P102: Panofsky, Warburg, reconnaître l’impureté du temps, c’est-à-dire admettre les survivances de l’antiquité dans le Moyen-Age. Le découpage histoirique ne suffit pas.
  41. P103: Warburg s’occupe de la vie des images contrairement à Panofski. Lien au thème de la culture.
  42. P105: Buckhardt pense “l’histoire authentique est déformée tant par les idées issues de théories préconçues que par la chronologie elle-même.
  43. P105-106: Buckhardt L’histoire de l’art étant cet effort de connaissance qui nous déloge de notre incapacité foncière à comprendre ce qui est varié, accidentel, etc.
    Il se met en place une dialectique du temps qui n’a besoin ni du bien ni du mal ni des débuts ni des fins, etc. Question de l’origine et de la source.
    L’histoire de l’art n’a besoin de rien de tout cela pour exprimer la complexité l’impureté de sa vie. Elle est faite de rhizomes, de répétitions, de symptômes.
  44. P108: Burkhardt, notion de culture dans construction de l’histoire, vers une esthétisation de l’histoire.
  45. P112: L’histoire comme symptomalogie, voir une pathologie du temps.
  46. P113: Burkhardt, l’histoire pleine de bâtardises.
  47. P117: Warburg lie Nietzsche à Burkhardt > non pas maîtres d’une temps expliqué mais sujets d’un temps impliqués.
  48. P119: Sismographe, Étienne Jules Marey, La Méthode graphique, 1978 > voir illustrations P120/121. Lien entre la chronophotographie et le travail de Warburg. Cite Philippe Alain Michaud.
  49. P120-121: Marey > forme réelle d’une secousse musculaire à déterminer graphiquement. Trouver le graphe du temps (!!)
  50. P122: Dispositif de saisie, importance de la transmission.
  51. P123: Marey crée des appareils pour restituer le trait de la temporalité.
    Warburg compare Nietzsche et Burkhardt à des sismographes, temps variable et nécessaire et continue de tout phénomène. Comparaison dynamographe – Temps forces dynamiques.
  52. P124: Dialectique de l’image face aux risques du métier d’historien.
    Historien transmet la connaissance du symptôme mais le vit comme une expérience du symptôme.
  53. P120 > 130: Relation de Nietzsche à Burkhardt
  54. P130: Nietzsche décompose toute généalogie naturelle
  55. P134: Warburg, sa carte personnelle du Mesa Verde, échelle du temps face à son échelle personnelle.
  56. P136: Atlas Mnémosyne mise en regard de documents aux différentes échelles temporelles. Représentation du ciel, arbre généalogiqe (voir illustration)
  57. P136 et suiv.: Illustrations cartographiques de Warburg.
    Nietzsche, quel est le statut de l’action > un chemin, un temps, une force agissante dépourvu de permanence
    GDH, traduire le temps en rapports temporels (!!)
    Il cite Nietzsche, force et fonction du temps >
  58. P140: La force réside dans les degrès d’accélération. Nécessité graphique, temps de points pas de continuum, pas de ligne (!!)
  59. P141: Warburg, Comment savoir le temps?
  60. P142; Nietzsche, un danger pour la discipline historique.
  61. P144: Nietzsche à propos de l’histoire de l’art “véritable rancune philosophique contre la sensualité”.
  62. P149 et avant: Naissance de la Tragédie chez Nietzsche. Le lien entre Nietzsche et Warburg. Warburg reprend des structures Nietzchéennes, Appolon Dyonisos (P 150-151).
    Lien entre art et folklore.
  63. P150: Warburg pense que les images ne sollicitent pas que la vision mais le savoir, la mémoire, le désir > capacité d’intensification.
  64. P153: Aby Warburg, la culture est toujours tragique.
    énergie paienne traverse l’humanité chrétienne. Nietzsche voit la renaissance comme une inversion des valeurs chrétiennes.
  65. P154: Nietzsche Freud, Warbur. Ce qui survit dans une culture, c’est le plus refoulé, le plus mort, le plus fantômal, le plus mouvant, le plus vivant.
  66. P156: Nietzsche, mémoire et oubli, absolumment impossible de vivre sans oubli. Trop d’histoire tue l’homme.
  67. P157: Deleuze “une force a autant de sens qu’il y a des forces capables de s’en emparer”
  68. P158: La pensée d’une mémoire comprise comme matériau (Nietzsche et Warburg)
    Régime du coup (sous le coup nous oublions tout) et du contre coup (régime survivance)
    Niezsche, force plastique (matériau malléable) >
  69. P159: Vers volonté de puissance.
  70. P160: Chez Warburg, le savoir est un savoir plastique car il agit lui même par mémoires et métamorphoses entrelacées > sans jamais se fixer en savoir absolu, en synthèse en résultats acquis.
  71. P162: Lien entre plasticité du matériau et plasticité du temps (!!)
    D’après Deleuze, plasticité caractéristique de l’image temps
    Warburg ligne, vecteur plastique embrasement piège mortel: serpent
    Surface, vecteur plastique, mouvement pathos: draperie
    Volume, vecteur plastique rapport inquiet entre cause intérieure et extérieure > à revoir pour être sûre.
  72. P164: Selon Burkhardt, la discipline historique doit se penser comme une “symptomatologie du temps”. Capable d’interpréter les latences (processus plastiques) et les crises (processus non plastiques) > survivre et se métamorphoser, idée chez Nietzsche et Freud
  73. P165: Warburg, survivance contre toute conception rectiligne de l’histoire.
    Michelet, étouffé par l’histoire. Histoire = passé objet mort, sans pensée pour sa force.
  74. P167: Nietzsche l’instant de causalité est suscité par le sentiment de crainte
  75. P170-171: Nietzsche, éternel retour > puissance de la répétition. Coexiste modèle chaotique et cyclique, contretemps, rythmicité des revenances.
    Deleuze, notion de passé se constituant dans le présent.
    GDH. Le passé se constitue à l’intérieur du présent
  76. P173: Nietzsche, généalogie veut dire origine ou naissance, mais aussi différence ou distance dans l’origine.
  77. P176: Dynamogram: le graphe de l’image symptome chez Warburg.
  78. P182: Transmission des forces de l’antiquité vers la Renaissance, plus de contenus (dynamophore)
  79. P190: L’image bat, oscille vers intérieur, extérieur (!!).
  80. P191: La survivance passe par un problème de mouvement organique.
  81. P199: GDH: À propos de la Pathosformel chez Warburg “loin de constituer un signe de faiblesse conceptuelle, comme l’ont cru Gombrich et tout ceux qui confondent la puissance d’un concept avec sa clotûre doctrinale” personnellement: lien à Wittgenstein.
  82. P201: Le Pathosformel rend impossible la séparation de la forme et du contenu: intrication. Les choses hétérogènes voir ennemies sont agitées ensemble.
  83. P204-205: Problème philosphique relatif à l’expression.
  84. P206: Shiller, Pathos condition pour que l’artiste puisse pousser la présentation de la souffrance aussi loin qu’il puisse le faire, sans réprimer sa liberté morale.
  85. P208 et suiv.: Goethe à propos du Laocoon, il comprend que le moment choisi, construit par l’artiste détermine entièrement la qualité sculpturale du mouvement figure > moment transition, intervalle.
  86. P210: Goethe, trois sentiments face à la souffrance: peur terreur pitié.
    Personnellement: lien Parachute sur la violence psycho.
  87. P212: Deleuze pense que chez Nietzsche la volonté de puissance est un pathos.
  88. P213: Description thématique de la bibliothèque de Warburg. Prise en considération du temps dans la production des mouvements expressifs.
  89. P214-215: Illustration et comparaison entre gestes antiques et actuelles.
    Personnellement: référence Graine de moutarde
  90. P217: Illustrations intervalle des deux élèments dans illustrations indiennes p.218
  91. P218: Anthropologue Wundt, construction du geste
    1. échange du biologique et du symbolique
    2. échange du mimique et du plastique
    3. échange du corporel et psychique
  92. P219-220: Chez Wundt, le primitif se définit en terme de psychologue (attraction, répulsion…)
    > vers effets esthétiques complexes
  93. P231-232: Warburg découvre Darwin
  94. P234: Warburg perçoit Laocoon comme une survivance du primitif.
  95. vers P238: Darwin montre formes primitives expressions toujours les mêmes puis “la mémoire inconsciente, qui pérénise et actualise la primivité dans mouvements expressifs, les détache – via les processus d’association et d’antithèse – de leur nécessité immédiate: elle les tranforme dira Warburg en formules manipulables dans tous les domaines de la culture.
  96. P239-240: Darwin importance de l’imitation – tout ceci aboutit chez Warburg à la Pathosformel. Homme moderne marqué par les empreintes expressives jamais disparues de sa mémoire collective.
  97. P240-241: Notion d’engramme trace de la sensation et du souvenir
  98. P242: Warburg parle de déplacement expressif dans draperies, chevelures, etc.
  99. P244: > parergon du corps
    Antithèse, principe général de l’expression. Warburg parle d’inversion de sens, ou inversion énergétique
    Pas de formule pathétique sans polarité sans tension énergétique.
  100. P247: Warburg investie par le vocabulaire de l’oscillation, du compromis de l’ambivalence. Il multiplie les schémas. Pensée dialectique des tensions irrésolues.
  101. P250: Échec aux schémas pour laisse place vingt ans plus tard aux Mnémosynes.
  102. P254: Warburg ne cherche pas à revenir à la source, mais cherche des survivances de la source.
  103. P259-260: Maurice Emmanuel recourt à la chronophotographie de Marey pour analyser les formules chorégraphiques des vases grecs du V siécle av JC.
  104. p274: Le symptôme inspiré de Freud.
  105. P278: Karl Lamprecht, tout problème historique doit se poser en termes psychologique
  106. P283 et av: Rapprochement entre Warburg et la médecine, la psychologie lié à la notion de symptôme.
  107. P284: Psychologie historique de l’expression chez Warburg > vers une psychopathologie
  108. P286-287: Dialectique du monstre chez Warburg, lien au psychologique.
  109. P288: L’image en mouvement dont Warburg a voulu faire l’Atlas (!!) > mouvement symptômes.
  110. P305: Le symptôme est une survivance, une formation porte mémoire
  111. P308: Vision uniquement chronologique de l’histoire insuffisante pour Warburg
  112. P309-310: Freud souffrira des réminiscences.
  113. P317: Husserl, horizon du passé, d’un objet présent.
  114. P320: Le temps travaille.
  115. P325: voir diagrammes de la répétition et du refoulement chez Freud
  116. P335: G. Bachelard “le fossile est (…) c’est un être qui vit encore, endormi dans sa forme”.
  117. P338: Fossile proche du symptôme freudien.
  118. P342: Nymphe de Ghirlandaio en mouvement et en fossile
  119. P344: Nymphéa chez Warburg, Gradiva chez Freud < lien féminité dans Perspecteurs
  120. P359: Warburg cherche chez le serpent indien la force pure sur laquelle fonder le symbole.
  121. P379: En psychologie, le symptôme non plus le signe de la maladie mais comme structure d’espérance.
  122. p383: Nietzsche, “ce que nous vivons en rêve finit par appartenir à l’économie générale de notre âme”
  123. P386: Relation entre Warburf et Binswanger (son psychanalyste)
    > cherche la teneur symptomale des styles artistiques
    > cherche la teneur stylistique des symptômes psychiques
  124. P388: Lacan dans la Revue d’art Minotaure, création du style chez un malade > répétition cyclique
    Chez Lacan symptômes de la psychose “se produisent très fréquemment en un point névralgique dans tensions sociales de l’actualité”
  125. P389: Lien fondateur entre connaissance et confession
  126. P392: Warburg je considère l’homme comme un animal qui manie les choses dont l’activité consiste à établir des liaisons. La vie est “projetée” sur de la “chose”.
  127. P396: Diagnostiquer la schizophrénie de la culture occidentale à partir de ses images
  128. P399: Warburg cite Flaubert: Renoncer à la rage de vouloir conclure.
  129. P401: Lien survivance de l’image et lien d’empathie
  130. P404: Lien cabinet de curiosité
  131. P406: Aborder l’art en terme de pulsions, “d’imaginations mythologiques” “monde corporel” plutôt qu’en terme de jugement esthétique et de catégories purement visuelles
  132. P443: Voir plus loin, attitude de Cassirer
  133. P415: Le symbole au départ, connexion entre images et contenu par l’intermédiaire d’un point de comparaison
  134. P437: Iconologie Panofsky
  135. P443: Cassirer, vers une unité de la fonction (symbolique) contrairement à Warburg, vers un multi-piste et un désordre (forces dynamiques, rhizome)
  136. P444: Cassirer naître et persister, Warburg mourir et survivre
  137. P451: Warburg renonce à se désintriquer, à utiliser les concepts philosophiques disponibles pour créer des lignes de partage (personnellement: lien Wittgenstein)
  138. P453: Comment Mnémosyne
  139. P455: Faire des tableaux avec des photos de tableaux >  tout à l’échelle photographique (!!)
  140. P456: La photographie transforme l’histoire de l’art en une science.
  141. P457: Mnémosyne permettant d’exposer l’archive entière.
  142. P460: > importance de la permutabilité.
  143. P462: Mnémosyne, atlas du symptôme en tant que receuil des formules du Pathos.
  144. P473: Notion de laboratoire > nécessité d’un protocole expérimentale (!!)
  145. P474: Forme actuelle de collection et de monstration < un montage déplier visuellement les discontinuités du temps (!!)
  146. P475: Mnémosyne, nouvelle forme de comparatisme
  147. P480: Philippe-Alain Michaud voit Mnémosyne comme une manipulation de photogrammes.
  148. P481: téléphone > destructeur néfaste du sentiment de la distance chez Warburg (personnellement: lien à Lignes d’Horizon)
  149. P482: Polémique sur notion de mémoire, Mnémosyne, nouvelle façon de penser le passé.
  150. P483: Mémoire faite de trous, missing links
    Une connaissance par le montage (proche d’Enseinstein)
  151. P496: Milieu comme intervalles dans les images > lien Vetoc
  152. P497: iconologie des intervalles – la vérité git dans le milieu
    Mnémosyne: cadrages rendre visible l’amarture des intervalles
  153. P498: Comparaison intervalles chapelle Sassette. Intervallle un passage entre des ordres de réalité hétérogène qu’il s’agit pourtant de monter ensemble
  154. P500: Intervalle déterritorialisation disciplinaire. La mémoire est monteuse.
  155. P502: Pas de monde symbolique possible sans distance
  156. P503: Citation Pierre Félida, rapprochement au cinéma, entre deux sens, entre deux temps
  157. P504: donne référence pour intervalles (notes)
  158. P512: Les personnages des contes de féres ne meurent jamais.

_________________________________________________________________

Georges Didi-Huberman, L’Image survivante Histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Les éditions de Minuit, Paris, 2002

Leave a Reply